Accueil > Recherche > Projets > Axe C - Esthétiques de la translation > Artl@s

Dernière modification : 16 janvier 2017

Artl@s

Béatrice JOYEUX-PRUNEL – IHMC
Depuis 2012

Portail Humanités Numériques

 Galeries parisiennes

Collaborations : Léa Saint-Raymond (Paris Ouest Nanterre la Défense), Félicie de Maupeou (Paris Ouest Nanterre la Défense) et Julien Cavero (labex TransferS, ENS)

 

Un des résultats scientifiques marquants du projet Artl@s est celui du projet Paris auquel se consacre une petite équipe de chercheurs. L’enjeu est de faire l’étude de la géographie artistique parisienne sur une longue période en utilisant les outils des humanités numériques, et particulièrement les Systèmes d’Information Géographique. Le corpus exploité est issu du Bottin du commerce, équivalent des Pages jaunes actuelles, conservé aux Archives de Paris, pour la période 1815-1955. Le dépouillement systématique de la rubrique « tableaux (march. de) » permet, en cartographiant les données qui en sont issues, de visualiser l’évolution de la répartition spatiale des marchands de tableaux et de mesurer le développement du marché de l’art à Paris.

Plusieurs publications de Léa Saint-Raymond, Félicie de Maupeou et Julien Cavero rendent compte de ces travaux et de leurs avancés – ces publications sont les plus téléchargées sur le site d’ARTL@S Bulletin. Un site dédié au projet, avec mise en ligne de sources, d’images et de textes, est envisagé.

Cette reconstitution numérique de la géographie des lieux d’expositions à Paris entre 1850 et 1950, partant de la source homogène du Bottin du Commerce, montre que la culture d’expositions parisienne se déploie dans des espaces très divers : cercles, librairies, journaux, cafés, boutiques de marchands de couleurs, salles louées pour l’occasion, couloirs de cinémas, ateliers, studios de photographes… L’étude constate que l’apparition généralisée de galeries n’est pas du tout un phénomène des années 1860, comme on le croyait, mais bien du début du vingtième siècle. Ces résultats sont en train d’être comparés aux travaux d’Anne Helmreich (Getty Institute) et Pamela Fletcher (Bowdoin University), sur le marché de l’art à Londres. En ajoutant les données de BasArt spécifiquement liées aux catalogues d’expositions et en les croisant également avec des archives marchandes, artistiques et des catalogues de vente, nous devrions pouvoir approfondir certains phénomènes que les historiens de l’art n’ont pas encore étudiés : en particulier, le phénomène de circulation des œuvres d’art entre marchands, le lien entre géographie sociale, géographie artistique et espaces marchands. Après une phase de focalisation locale (parisienne), nous passerons aisément à une phase de comparaison internationale, parisienne, londonienne, berlinoise et bruxelloise, avec l’aide de Tatiana Debroux (Postdoc Ville de Paris, docteur en géographie de l’université libre de Bruxelles) qui a rejoint le projet depuis janvier 2016.

Cartographie des galeries parisiennes
Cartographie des galeries parisiennes
© J. Cavero / ANR-10-LABX-0099

 

Publications spécifiques

  • Saint-Raymond, Léa ; Félicie de Maupeou ; and Julien Cavero. « Les rues des tableaux : The Geography of the Parisian Art Market 1815-1955. » ARTL@S Bulletin 5, no. 1 (2016) : Article 10. (http://docs.lib.purdue.edu/artlas/vol5/iss1/10/)

  • Saint-Raymond, Léa ; Félicie de Maupeou ; and Julien Cavero. « Les rues des tableaux. Géographie du marché de l’art parisien (1815-1955). » ARTL@S Bulletin 4, no. 1 (2015) : Article 6. (http://docs.lib.purdue.edu/artlas/vol4/iss1/6/)

  • De Maupeou, Félicie and Léa Saint-Raymond. « Les “marchands de tableaux” dans le Bottin du commerce : une approche globale du marché de l’art à Paris entre 1815 et 1955. » ARTL@S Bulletin 2, no. 2 (2013) : Article 7. (http://docs.lib.purdue.edu/artlas/vol2/iss2/7/)

 

haut de page