Accueil > Recherche > Projets > Axe A - Cultures et périphéries > Ethnographies transnationales

Dernière modification : 20 juillet 2018

Ethnographies transnationales

Florence WEBER – CMH
2012-2015

  Sommaire  

 Bilan 2012

 

Migrations familiales (Stéphane Beaud, Florence Weber)

Dalila Boualam (doctorante sous la direction de S. Beaud) a mené une enquête de terrain en Palestine pendant cinq mois pour y étudier le style de vie « transnational » des enfants des classes supéneures palestiniennes. Fréquentant des établissements scolaires huppés, frottés de culture européenne et américaine, ces étudiants cherchent dans leurs conduites comme dans leurs propos à se démarquer de la figure-repoussoir des Palestiniens des camps. Pascal Mulet (doctorant sous la direction de F. Weber) a quant à lui mené une enquête de terrain au Maroc, au cours de laquelle il a pu reconstituer une série de monographies de familles à l’échelle du pays, ainsi que le fonctionnement économique d’une vallée du Haut-Adas.

Un atelier de recherche, intitulé « Familles dans la migration » et organisé par Caroline Bertron et Florence Weber, a été l’occasion de confronter des recherches en cours sur des migrations internationales ou intra-nationales en examinant le caractère heuristique de deux concepts : celui de « village transnational » (Hamidou Dia) et celui de « maisonnée transnationale » (Florence Weber). Les stratégies familiales, individuelles et collectives, sont ainsi éclairées par l’étude du droit de la succession et du mariage, de la dimension résidentielle de la citoyenneté locale, des marchés du travail et du logement, ainsi que de leur encadrement juridique dans les différents pays concernés. Participants : Hamidou Dia, Jingyue Xing, Pascal Mulet, Ilka Vari, Absa Gassama, Amélie Grysole, Nan Nan, Camille Salgues, Na Wang, Zhe Sun.

Une journée d’études, intitulée « Productions domestiques dans leur environnement économique : mutations, branchements, polyphonies » et organisée par Pascal Mulet, s’est tenue les 22-23 novembre au Centre Jacques Berque de Rabat (Maroc). Elle a permis de confronter les différents usages du concept de « production domestique » en science économique, en géographie, en anthropologie économique et en sociologie. L’accent a été mis sur les transformations économiques contemporaines, en lien avec le développement des circulations transnationales et avec l’émergence de nouvelles politiques sociales à l’échelle nationale. Participants : Florence Weber, Khalid Mouna, Mustafa Qadery, Ana Perrin-Heredia, Isabelle Guérin, David Goeury, Laurence Fontaine, Amélie Grysole, Aziz Hlaoua, Hamidou Dia, François Ireton.

 

Connexions diasporiques et mutations chinoises (Anne-Christine Trémon)

Un séminaire intitulé « Les réseaux chinois à Paris : inscription spatiale, morphologie sociale, dynamiques collectives » a eu lieu mensuellement. Dans ce cadre, trois étudiantes en mas ter et doctorat à l’ENS ont été rémunérées (sous forme de vacations) pour conduire des recherches auprès des migrants chinois dans divers quartiers de Paris. En juin, une journée d’études a permis aux huit participants de présenter un bilan de leurs recherches. A cette occasion, Winnie Lem, professeure d’anthropologie à l’université de Toronto et spécialiste de la diaspora chinoise, a été invitée. Une publication des actes de cette journée d’études est envisagée dans la Revue Européennes des migrations internationales.

 

Ethnographie transnationale du droit et circulation des instruments de la justice familiale (Sibylle Gollac, Hélène Steinmetz)

La collaboration entre les équipes française et québécoise du projet a permis d’étudier le traitement judiciaire des séparations conjugales dans une perspective comparée, en s’intéressant notamment aux circulations transatlantiques des instruments de la justice familiale. Ce travail a donné lieu à des terrains conjoints en France et au Québec (séjour de recherche en France d’une membre de l’équipe québécoise, Catherine Rainville, en avril, séjour de recherche de l’équipe française au Québec en novembre), mais aussi à une participation commune à une conférence internationale en juin, ainsi qu’à l’organisation d’un colloque franco-québécois à Montréal en octobre, intitulé « Les séparations conjugales : décisions judiciaires et incidences familiales ». Un ouvrage collectif, intitulé Ruptures, au tribunal des couples, est à paraître chez Odile Jacob en septembre 2013. L’obtention d’un financement ANR Jeunes Chercheurs en 2012 va permettre de poursuivre ce travail sur la circulation internationale des objets juridiques.

 

Ethnographie transnationale des rumeurs (Julien Bonhomme)

Une enquête de terrain au Burkina Faso a été menée pendant un mois par Julien Bondaz (post-doctorant Labex) afin d’y étudier une rumeur de sorcellerie (évoquant de mystérieux « hommes-serpents ») qui a circulé à une échelle transnationale dans une large partie du continent africain. L’enquête a notamment permis d’étudier le mode de circulation hybride de cette rumeur, passant à la fois par le bouche à oreille et les nouvelles technologies de communication (téléphonie mobile, vidéo numérique, Internet). Un article est en cours de publication sur le sujet.

Un travail en archives a été effectué par Julien Bonhomme en France, en Belgique et en Angleterre dans les archives coloniales et missionnaires, concernant l’émergence et la circulation de nouveaux mouvements religieux et de nouvelles rumeurs occultes dans les deux Congo (français et belge) à l’époque coloniale (1921-1960).

Ce travail a également donné lieu à une communication au congrès international de la European Association of Social Anthropologists en juillet, ainsi qu’à la parution d’un article : Julien Bonhomme, « The Dangers of anonymity. Rumors, witchcraft and modernity in Africa », HAU. Journal of ethnographie theory 2(2) : 205-233. Un ouvrage, coécrit par Julien Bonhomme et Julien Bondaz, est en cours de rédaction.

 

Conférence de Perry Anderson

À l’ENS en novembre, en partenariat avec les éditions Agone, une manifestation scientifique autour de la New Left Review, pôle important dans la circulation des idées au sein de l’espace intellectuel et politique européen. Dans ce cadre, Perry Anderson, historien et ancien directeur de la New Eeft Review, a été invité pour donner une conférence. Celle-ci a été suivie d’une table ronde, intitulée « Faire une revue globale, entre sciences sociales et politique », en présence de Susan Watkins, Tony Wood, Perry Anderson, Sylvain Laurens, Philippe Olivera et Blaise Wilfert-Portal.

 

août 2019 :

Rien pour ce mois

juillet 2019 | septembre 2019

haut de page