Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2016-2017 > Marisa Midori DEAECTO

Dernière modification : 28 avril 2017

Marisa Midori DEAECTO

Université de São Paulo (Brésil)
Invitée de l’IHMC - janvier et février 2017

Durant les mois de janvier et février 2017, le labex TransferS et Frédéric Barbier (IHMC) accueillent Marisa Midori DEAECTO, professeur d’histoire à l’Université de São Paulo (Brésil).

 

 Programme des conférences

 

Jeudi 12 janvier 2017 - 17h-19h - salle de l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, 3e ét. esc. C)

Play La réception de la Révolution française dans l’historiographie brésilienne : problématiques, approches et perspectives d’investigation

Au Brésil, la question la plus importante porte sur la présence de l’exemple français ainsi que des événements d’Amérique du Nord dans le débat sur l’indépendance. Les enquêtes sur les bibliothèques privées de quelques leaders des séditions qui ont éclaté dans les principales villes brésiliennes de 1780 à 1817 montrent une présence significative des livres français, voire des éditions interdites de titres tels que ceux de Voltaire et de Diderot. La lecture des constitutions françaises de la période révolutionnaire et de la constitution américaine atteste l’intérêt vis à vis des programmes d’émancipation et du système de la république, tels qu’ils se présentent dans les pays du Nord. Il reste à préciser dans quelle mesure ces lectures se traduisent dans des projets élaborés en vue de l’émancipation du Brésil, et dans des modèles programmatiques pour la constitution de l’État.
On peut d’ailleurs poser la question de savoir dans quelle mesure le processus révolutionnaire vu dans la longue durée, à savoir les révolutions de 1830, 1848 et 1870, constitue une matrice importante pour le débat politique brésilien. Il ne s’agit plus seulement de la présence de tel ou tel titre dans les bibliothèques publiques et privée, mais de la circulation la plus large des imprimées. La traduction des textes politiques français constitue en l’occurrence un thème peu abordé, mais réellement important dans la perspective des Transferts culturels. Le programme consistera à recenser les livres et les textes les plus traduits durant la période en question ; puis à vérifier sous quelle forme ces textes ont été diffusés et par quels biais, s’agissant aussi bien des circuits de production que de la problématique de la réception.

 

Jeudi 19 janvier 2017 - 17h-19h - salle de l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, 3e ét. esc. C)

Play Pourquoi le cas François Guizot ? Fortune éditoriale de De la démocratie en France dans le cadre des Révolutions de 1848

De la Démocratie en France met en œuvre le principe de la compréhension de la politique par le biais de la théorie, et de la construction de celle-ci à partir de l’expérience historique. Il s’agit d’une réponse immédiate aux événements politiques qui ont bouleversé la « stabilité » bourgeoise, à savoir la chute de Louis-Philippe et, du coup, de son Gouvernement, la prise du pouvoir par le peuple (même provisoirement) et, coup de grâce, la victoire de Louis-Napoléon Bonaparte en décembre 1848. L’étude de la diffusion de l’ouvrage à travers l’espace francophone et en Europe donne des résultats très significatifs, sur le plan politique tout comme sur le plan éditorial, dans la conjoncture des bouleversements qui éclatent partout en Europe en 1848. La cartographie de la diffusion de l’ouvrage suggère quelques réflexions sur le débat politique, réflexions appuyées sur le mot clef de « démocratie » dans une échelle géographique plus large.

 

Jeudi 26 janvier 2017 - 17h-19h - salle de l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, 3e ét. esc. C)

Play Lire et traduire François Guizot au Brésil : genres et paratextes éditoriaux

Comme le signale un journaliste brésilien, François Guizot était lu, ou du moins largement cité par un certain nombre d’idéologues dans la presse brésilienne des « années extraordinaires » de 1848-1849. Outre les citations et les passages concernant l’auteur et sa pensée, comment les références au titre même de De la Démocratie en France se présentent-elles ? Nous organisons notre corpus référentiel en deux groupes : a) les citations indirectes, à savoir celles qui annoncent la sortie du titre, soit en édition française, soit en édition brésilienne ; b) les citations directes, comprenant la publication de morceaux choisis du texte de Guizot, accompagnés (ou non) par des commentaires du rédacteur du journal ; ou l’édition du texte complet sous la forme de feuilleton. L’étude du matériau ainsi réuni suggère toute une série de questions sur les genres discursifs tout comme sur les paratextes éditoriaux.

 

Jeudi 2 février 2017 - 17h-19h - salle de l’IHMC (ENS, 45 rue d’Ulm, 3e ét. esc. C)

Play Monarchie et Démocratie : les dialogues France-Brésil, d’après les considérations de François Guizot et de Justiniano José da Rocha

De la Démocratie en France s’appuie sur l’idée selon laquelle le suffrage universel, en d’autres termes la démocratie, nuit à l’ordre social. Comme le dit Laurent Theis, il s’agit d’un raisonnement présenté sous un titre tocquevilien mais « qui s’en prend avec virulence à l’idéal démocratique » : l’écriture de Guizot s’élève contre les pulsions révolutionnaires de son temps. Cette analyse nous amène à replacer la publication dans la vague réactionnaire qui se répand rapidement au lendemain des révolutions de 1848, à Paris certes mais aussi ailleurs, partout où la peur d’une révolution s’inscrit comme un élément majeur du paysage politique. S’agissant du Brésil, on s’emploiera à articuler les considérations sur la démocratie telles qu’elles se présentent chez Guizot, avec les discours publiés par son principal interlocuteur au Brésil, l’avocat et publiciste Justiniano José da Rocha.

 

novembre 2019 :

Rien pour ce mois

octobre 2019 | décembre 2019

haut de page