Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2014-2015 > DAI Yan

Dernière modification : 7 décembre 2016

DAI Yan

Université de Fudan, Shanghai (Chine)
Invitée du labex TransferS – juin 2015

DAI Yan

 

 

Le labex TransferS invite, durant le mois de juin 2015, le Professeur DAI Yan - Professeur au département de Littérature chinoise de l’Université Fudan, Shanghai.

 

 

Le Pr. DAI donnera deux conférences - avec le Pr. GE Zuhaoguang - lors des deux après-midi consacrées à

L’ouverture au monde dans l’humanisme chinois

 

Antiquité et modernité de la littérature : de la Chine au Japon, de la littérature à l’histoire

Mardi 16 juin 2015, 16h-18h, ENS Amphithéâtre Rataud (45 rue d’Ulm, Paris 5e)
La notion d’Histoire littéraire en Chine - questions et formation

Le professeur Dai Yan propose une exploration des définitions du littéraire qu’en ont donné, au fil des époques de l’histoire de Chine, les hommes de lettre chinois, depuis la période pré-impériale jusqu’à l’époque moderne. Des Entretiens de Confucius, en passant par les premiers théoriciens de la littérature de l’époque médiévale comme Liu Xie, jusqu’aux intellectuels du début du XXe siècle imprégnés de concepts occidentaux, il s’agit ici d’interroger les évolutions de la perception du texte littéraire. Une telle mise en perspective des états du littéraire en Chine permet à Dai Yan d’embrasser les grands moments de l’histoire littéraire de ce pays, en en faisant ressortir avec acuité les lignes de forces qui innerve son évolution depuis ses origines.

 

Jeudi 18 juin 2015, 14h-16h, ENS Amphithéâtre Rataud (45 rue d’Ulm, Paris 5e)
Luo Shen : une déesse (chinoise) à travers l’histoire, les arts, la littérature et les légendes

Play La rhapsodie (fu), savamment codifiée, empreinte de références classiques et composée en prose parallèle, était considérée comme le genre noble sous la dynastie Han. C’est celui dans lequel Cao Zhi - fils du célèbre général et lettré Cao Cao -, sans doute l’un des plus fins lettrés de la fin des Han et du haut moyen âge chinois, a choisi de narrer sa rencontre avec une nymphe au bord d’un cours d’eau. Pièce majeure de la littérature de la fin des Han, ses sources d’inspiration sont multiples. Aussi bien peut-on y lire un intertexte antique, celui des Elégies de Chu composées par l’un des tous premiers poètes chinois, Qu Yuan, ou encore le reflet des tourments sentimentaux et politiques qui ont rythmé la vie de Cao Zhi. Sa postérité n’est pas moins brillante, puisque que la Rhapsodie sur la déesse de la rivière Luo fut reproduite en peinture par l’un des premiers maîtres du genre, Gu Kaizhi.
A travers l’étude de la structure de cette pièce qui catalyse les aspirations esthétiques des lettrés de l’époque, Dai Yan retrace l’histoire d’une œuvre littéraire dont la dimension excède de loin celle d’un morceau de prose parallèle. Elle permet en effet d’entrevoir, discrètement ensevelies sous les sédiments d’une prose allusive et ornée, les linéaments de l’Histoire politique et culturelle d’une époque charnière.

 

novembre 2017 :

octobre 2017 | décembre 2017

haut de page