Accueil > Recherche > Projets > Axe D - Histoire des sciences > Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre

Dernière modification : 27 mars 2018

Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre

Sara NARDI-COMBESCURE et Annick FENET– AOrOc
Michela PASISNI – IHMC
2016-2017

  Sommaire  

 Résultats

Le colloque « Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre » s’est tenu les vendredi 27 et 28 janvier 2017 à l’ENS et a donné lieu à 14 communications, fruits des recherches inédites d’autant intervenants venus de France, d’Allemagne, d’Italie et de Suisse. Y ont été développées, à travers des études de cas, la manière dont la Première guerre mondiale a bouleversé non seulement les activités de recherche et de pratiques patrimoniales des archéologues et historiens de l’art contemporains, leurs réseaux de collaboration et d’amitié avec des collègues étrangers, mais aussi leur façon d’aborder le passé et la science. Mobilisés ou non et quelque soit leur âge, tous – Français, Allemands, Anglais, Belges, Espagnols, Italiens ou Russes – ont continué autant que possible leurs travaux à l’arrière ou sur le front : de recherche, de publication et d’édition, d’enseignement, de conservation du patrimoine. Cette forme d’engagement scientifique, portant sur les choses du passé, s’est aussi alimentée des débats du présent et a nourri des prises de parti nationalistes. L’expérience de ces années terribles a ainsi fortement infléchi les orientations et méthodes de ces disciplines, avec des conséquences durables.

Affiche pour la souscription du prêt de guerre (1917)
Affiche pour la souscription du prêt de guerre (1917), par Giovanni Capranesi, imprimée à l’Officina dell’Istituto Italiano d’Arti Grafiche, Bergame : l’Italie s’oppose à l’assaut du barbare nordique

Le temps consacré aux discussions a permis de riches échanges entre les participants et le public, animés par des président(e)s de séances très intéressés à des titres divers par le sujet : Bénédicte Savoy, professeur au Collège de France, germaniste et spécialiste des histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe ; l’historien des sciences Bruno Belhoste ; Sylvie Le Ray-Burimi, conservateur au musée de l’Armée qui fut notamment commissaire de l’exposition « Vu du front. Représenter la Grande Guerre » (Musée de l’Armée, Paris, du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015).

 

 

juillet 2019 :

Rien pour ce mois

juin 2019 | août 2019

haut de page