Accueil > Manifestations > Colloques > Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre

Dernière modification : 19 janvier 2017

Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre

Colloque international

  Sommaire  

  • Archéologues et historiens de l'art à l'épreuve de la Grande Guerre
  • Vendredi 27 janvier 2017
  • salle Jean jaurès (29 rue d’Ulm)
  •  
  • Samedi 28 janvier 2017
  • salle Dussane (45 rue d’Ulm)
  •  
  • École normale supérieure
  •   
  •  
  • Crédits : S. Nardi Combescure, d’après G. De Chirico, Le Muse inquietanti, 1917

Organisation

  • Annick Fenet – UMR 8546 AOrOc, CNRS/ENS e-mail
  • Sara Nardi Combescure – UMR 8546 AOrOc, CNRS/ENS e-mail
  • Michela Passini – UMR 8066 IHMC, CNRS/ENS/Panthéon-Sorbonne e-mail

 

 Argumentaire

Vivant souvent pour la science, le passé et le patrimoine, placés dans des situations de collaborations et d’amitié avec des collègues étrangers, les archéologues et les historiens de l’art du début du XXe siècle ont vu la Première guerre mondiale bouleverser leurs recherches et leurs réseaux. Mobilisés ou non, ils ont continué, autant que possible, leurs travaux sur le front et à l’arrière. Le conflit a aussi poussé une grande majorité d’entre eux à s’impliquer dans la société contemporaine : par des prises de position, par des initiatives d’ordre national ou international, ou encore, au sein de leur univers professionnel, par des ruptures de relations existantes ou la naissance de contacts nouveaux. Par leur expérience de ces années terribles, leur regard sur leurs spécialités ou disciplines a changé et a pu infléchir, dans les deux décennies qui ont suivi, leur pensée ou leurs pratiques.

Le colloque Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre, co-organisé par Annick Fenet (AOrOc), Sara Nardi-Combescure (AOrOc) et Michela Passini (IHMC), s’insère dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre. Il réunira des intervenants français et étrangers, afin de réfléchir sur cette thématique dans une perspective transnationale.

Au delà des parcours personnels, on s’interrogera sur les engagements (ou leur absence) de ces hommes et femmes dans la guerre et devant les alliances ou oppositions politiques et nationalistes ; sur les modalités de la poursuite de leurs travaux, malgré le conflit, sur le terrain ou à l’arrière ; sur l’impact intellectuel que la guerre a pu avoir sur leur itinéraire scientifique et leurs visions du passé. Le colloque porte sur l’histoire de l’archéologie et de l’histoire de l’art dans le premier quart du XXe siècle. Pluridisciplinaire, il réunira des contributeurs qui sont aussi bien des historiens contemporanéistes que des antiquisants.

- / -

Often prompted by their passion for knowledge, for the past and its heritage, archaeologists and art historians in the early twentieth century collaborated with foreign colleagues, and sometimes developed friendly relationships with them. The first World War brought about drastic changes in their research and organizations. Whether mobilized for combat or not, they carried on their research activities next to the front or at the rear, as well as they could. Due to the conflict, a great many of them decided to get committed in the society of their time by expressing personal opinions, by taking initiatives at national or international level, or by breaking from previous professional associations and liaising with new people. In the two decades that followed the war, the memory of those horrible years made them change the way they regarded their disciplines or specialities, and may also have influenced their thoughts and practice.

The conference « Archaeologists and Art Historians in the First World War », co-organized by Annick Fenet (AOrOc), Sara Nardi-Combescure (AOrOc) and Michela Passini (IHMC), is set within the frame of First World War Centenary events. French and foreign contributors are invited to shed light on such issues from a transnational perspective.

Beyond particular cases, several aspects will be under scrutiny : the commitments (or lack of commitment) of these men and women within the war, and as regards political and nationalist alliances or oppositions ; their working conditions on the fields or at the rear despite the conflict ; the intellectual impact that the war may have had on their scientific paths and on their visions of the past. The scope of the conference is the history of Archaeology and Art History in the first quarter of the twentieth century. In a multidisciplinary approach, scholars of the contemporary period and specialists in antiquity will be joining.

 

haut de page