Accueil > Présentation > Programme scientifique > Axe C - Esthétiques de la translation

Dernière modification : 19 janvier 2017

Axe C - Esthétiques de la translation

Le déplacement d’un espace culturel à l’autre se révèle particulièrement fécond dans le domaine esthétique, que l’on considère dans la longue durée les réseaux d’échanges entre protagonistes de la vie artistique ou les littératures, de plus en plus dominantes, qui résultent d’un métissage. L’histoire de certains arts (comme le cinéma par exemple) est une histoire de transferts culturels, catégorie qui garde sa pertinence pour l’historiographie de l’art.

Indissociable de la notion d’identité, le patrimoine a été construit comme objet d’histoire à partir d’un questionnement sur la nation et ses représentations, et envisagé de l’intérieur des histoires nationales. Différents travaux récents ou en cours témoignent d’une ambition partagée d’interroger autrement les processus de patrimonialisation.

La production artistique dans toutes ses dimensions s’accompagne souvent d’un déplacement d’une culture à l’autre, parfois matérialisé par une diffusion dans l’espace. Une fois explorées à partir de cas choisis, les formes de sociabilité transnationale préalables à la circulation et à la recomposition des traditions esthétiques, le labex s’est attaché à des manifestations de cette circulation même.

Dans le domaine littéraire un exemple majeur de circulation des formes est fourni par le problème des littératures généralement désignées par le terme de postcoloniales. L’enjeu y est à la fois scientifique, éthique et politique, car il s’agit aussi bien de revendiquer un traitement équivalent des grands fonds littéraires africains et caribéens à l’échelle du monde que de leur assurer l’intelligibilité à laquelle ils peuvent légitimement prétendre.

Cet axe du labex se complète par l’exploration et la redéfinition dans le champ spécifique des arts du spectacle (théâtre, cinéma, arts visuels, littérature) des notions de « transfert culturel » et de « transculturalité ».

 

C1. Processus de patrimonialisation

C2. La circulation des oeuvres

C3. La question postcoloniale

C4. Arts du spectacle

décembre 2017 :

novembre 2017 | janvier 2018

haut de page