Accueil > Recherche > Projets > Axe C - Esthétiques de la translation > Espaces sacrés antiques

Dernière modification : 31 mai 2018

Espaces sacrés antiques

Judith Rohman – AOrOc
Depuis 2018

Présentation

Si l’archéologie et l’histoire des religions ont abondamment étudié les espaces sacrés antiques, les sources poétiques qui leur sont relatives n’ont jamais fait l’objet d’une étude systématique permettant de confronter les poésies grecque et latine des différents genres (épopée, tragédie, comédie, élégie, poésie hymnique…). Les textes poétiques seront envisagés non pas comme sources documentaires mais en tant qu’objets littéraires, afin de proposer un état des lieux du traitement des espaces sacrés dans la poésie grecque et latine des époques archaïque et classique ainsi qu’au début de la période impériale : il s’agit de déterminer la façon dont un lieu ou un ensemble architectural qui font partie du quotidien des Anciens, de leur vie religieuse et politique, sont représentés dans les divers genres poétiques, et quelles fonctions particulières ils revêtent dans ces textes. Une attention particulière sera prêtée au lexique utilisé pour désigner les lieux sacrés en poésie, ainsi qu’à la mobilisation d’un type de sanctuaire dans un genre poétique et aux liens esthétiques entre formes architecturales et formes poétiques.

Le colloque « Du paysage quotidien à l’espace poétique : le sanctuaire dans la poésie gréco-latine jusqu’au IIe s. ap. J.-C. » se tiendra les 14 et 15 décembre 2018 à Paris. Un premier axe concernera la représentation et la description de l’espace sacré comme cadre du quotidien, comme décor de la tragédie ou encore comme marqueur topographique, mais aussi comme témoignage de la religion quotidienne. Les espaces sacrés seront aussi étudiés comme des espaces de transition ou de contact entre hommes et dieux, à travers les théophanies, les présages... On s’interrogera également sur les limites même des espaces sacrés, dans lesquels la relation entre sacré et profane est souvent mise en scène, quitte à mettre en péril la solennité du lieu : les élégiaques par exemple choisissent souvent le temple comme un lieu propice à la séduction. Enfin, les enjeux proprement littéraires, voire métapoétiques, de la description des sanctuaires ont une importance décisive, en Grèce comme à Rome : l’espace sacré apparaît alors comme une révélation de la mission poétique dans l’échange entre les Muses et le poète, ou comme une métaphore du poème lui‐même.

> L’appel à contributions pour le colloque est ouvert juqu’au 17 juin 2018

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

haut de page