Accueil > Manifestations > Colloques, journées d’étude > Colloques 2016-2017 > Des familles conformes ? La parenté en migration façonnée par les (...)

Dernière modification : 27 mars 2017

Des familles conformes ?
La parenté en migration façonnée par les institutions

Journée d’études

  Sommaire  

Des familles conformes ? La parenté en migration façonnée par les institutions
Crédits : ENS / ANR-10-LABX-0099

 

21 avril 2017
ENS Campus Jourdan – salle R2-02

 

 

 Organisation

  • Jennifer Bidet (Cerlis, U. Paris Descartes)
  • Amélie Grysole (CMH-EHESS, INED)

 

 

Par l’éloignement géographique qu’elles impliquent entre les membres d’un groupe de parenté, les migrations provoquent de fait une redéfinition des liens et des rôles familiaux comme l’ont montré les travaux sur les « familles transnationales ». Mais l’évolution des liens de parenté dans les migrations est aussi le résultat d’un puissant travail d’imposition de normes par les institutions prenant en charge spécifiquement (à travers les politiques migratoires) ou non (école et petite enfance, logement, santé) les questions migratoires. Ces normes portent aussi bien sur les contours reconnus de la famille (pouvant exclure des frères et sœurs, des tantes ayant joué le rôle de mère, des enfants adultes) que sur le contenu attendu de ces liens (des agents de l’Etat étant chargés de distinguer un « vrai » d’un « faux » couple, ou de juger la manière d’être un « bon » père ou une « bonne » mère). Confrontées à ces normes, les personnes immigrées les apprivoisent, s’y contraignent ou les contournent, en mobilisant leurs propres cadres normatifs et leurs ressources économiques, sociales, et culturelles.

L’objectif de cette journée d’études est de saisir la rencontre entre ce double jeu de normes présidant à la redéfinition des liens de parenté en migration – normes véhiculées par les institutions des pays d’arrivées et normes reconnues par les migrants et leurs groupes de parenté (faisant en partie écho aux normes véhiculées par les institutions de leurs pays de départ). Il s’agira ainsi d’interroger le « travail » autour des normes familiales qui redéfinissent la parenté en migration, par les institutions et par les migrants eux-mêmes. Nous confronterons des travaux d’anthropologues, d’historien.ne.s, de politistes et de sociologues afin de réunir des contributions autour de différents axes : les politiques migratoires, les politiques publiques (de droit commun, non-spécifiques aux migrants : familiales, scolaires, de santé, etc.), les normes diffusées par les institutions dans les pays de départ / d’arrivée, les normes familiales des migrants.

 

Cette journée a été organisée avec le soutien du labex TransferS et du Département de Sciences sociales de l’École normale supérieure.


  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

    ENS, Campus Jourdan
    48 bd Jourdan, 75014
    Salle R2-02
    9h00 - 18h00


novembre 2017 :

octobre 2017 | décembre 2017

haut de page