Accueil > Manifestations > Colloques, journées d’étude > Atelier Digit_Hum 2018

Dernière modification : 7 novembre 2018

Atelier Digit_Hum 2018

Journée d’études

  Sommaire  

 Résumés

 

  • Les nouveaux visages de la carte – Gilles Palsky Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Si l’on envisage les transformations de la cartographie, on songe immédiatement à celles qui ont été induites par la révolution numérique et l’usage de l’internet. Il faut pourtant se détacher d’une approche trop contemporaine pour saisir les mutations qui ont affecté la production et la circulation des cartes. Qu’est-ce qui change en cartographie, ou : comment change la cartographie ? Pour répondre à ces questions, nous nous appuierons sur le modèle classique de la communication cartographique, afin de repérer les modalités d’un changement qui est loin d’être exclusivement technique.
  • DH2018 - 1 PALSKY
  •  
  • Les effets du cyclone Katrina. Spatiocarte événementielle (SErvice Régional de Traitement d’Image et de Télédétection, Strasbourg, 16 septembre 2005)

 

 

  • Comment Le Monde cartographie le monde à l’heure du multimédia ? – Véronique Malécot (Service Infographie du journal Le Monde)
  • La cartographie a toujours été présente dans les pages du Monde et cela depuis la carte du plateau du Vercors publiée à la Une le 8 août 1945. Cartes de localisation, cartes électorales, cartes d’analyse géopolitique... les cartes sont devenues un atout pour le quotidien papier. Cependant depuis quelques années, la presse se consomme de plus en plus sur Internet et le service de cartographie est passé à la cartographie numérique.
    Ordinateur puis mobile, la lecture sur support numérique nous force à remettre en question nos pratiques. Mode de lecture, format : la cartographie sur le Web se pense différemment de celle sur papier. Alors que nos cartes papier sont souvent complexes avec une démonstration et une superposition d’informations, le web nous pousse à décomposer celles-ci. Comment conserver notre raisonnement et le niveau d’analyse des cartes papier tout en proposant des cartes simples et lisibles sur un écran de téléphone ? Tel est l’enjeu quotidien de notre service.
  • DH2018 - 2 LE MONDE
  •  
  • Aux États-Unis, une génération sous la menace des armes (Le Monde du 25/26 mars 2018)

 

 

  • Espace mondial, l’Atlas 2018 – Thomas Ansart et Benoît Martin (Atelier de cartographie de Sciences Po)
  • Après plusieurs éditions de l’Atlas de la mondialisation, l’Atelier de cartographie de Sciences Po poursuit la série en expérimentant cette fois un double support : un site internet en libre accès et un ouvrage publié aux Presses de Sciences Po. Ainsi, cet Atlas Espace mondial 2018 a d’abord été conçu pour le numérique avant d’être décliné en version papier. Cette communication exposera les changements, les continuités et les passerelles entre support « traditionnel » et numérique ; en particuliers les conséquences en matière de cartographie. Quelques exemples montreront aussi comment l’utilisation de Khartis – l’application élaborée par l’Atelier de cartographie – a pu faciliter la mise en œuvre cartographique de certains choix propres au numérique.
  • DH 2018 - 3 SCIENCE PO
  •  
  • Espace mondial, l’Atlas 2018

 

 

 

  • Repenser la critique des cartes à l’ère du Web – Matthieu Noucher (UMR 5319 Passages)
  • Depuis l’apparition de Google Maps il y 13 ans, la cartographie a considérablement évolué. Les mutations technologiques et les changements d’usages conduisent à une profusion de données géolocalisées. À l’origine de ces milliers de cartes, des professionnels – géographes, cartographes… – mais aussi des utilisateurs nouveaux : militants associatifs, acteurs politiques, journalistes, hackers, etc. Ces nouvelles façons de lire et d’écrire l’espace sont-elles en continuité ou en rupture avec les régimes antérieurs, notamment la période où la cartographie fut une pratique réservée aux acteurs les plus puissants, dont l’État ? Participent-elles à une forme de reconfiguration de la gouvernance informationnelle des territoires ? Permettent-elles de révéler des formes (géo)médiatiques alternatives aux productions dominantes ? Cette conférence proposera de déconstruire ces nouveaux modes de fabrique cartographique et de s’interroger sur les conditions d’un renouvellement des approches critiques qui permettent d’en révéler les enjeux socio-spatiaux.
  • DH2018 - 4 NOUCHER

 

 

 

 

  • La géomatique et les humanités numériques à l’EHESS : de l’analyse spatiale au Web sémantique – Eric Mermet (EHESS)
  • La plateforme géomatique porte une partie de l’héritage du laboratoire de graphique de l’EHESS fondé par Jacques Bertin. Depuis, les méthodes de conception de cartes et surtout des analyses qui peuvent en découler ont bien changé et s’insèrent à la fois dans le paradigme du « Spatial Turn » au début des années 2000 et qui rebondit aujourd’hui dans les « Spatial Humanities ».
    L’objectif est donc de promouvoir les ressources numériques, les données, les connaissances, acquises et produites par les chercheurs de l’EHESS sur une multitude de projets émanant de disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, géographie, archéologie, anthropologie, ethnologie, etc.) ayant vocation à spatialiser des informations. Notre présentation s’articulera autour de plusieurs projets phares auxquels la plateforme collabore et portant sur le SIG, l’analyse spatiale, le traitement automatique des langues, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique et le Web sémantique.
  • DH2018 - 5 EHESS
  •  
  • Quelques fonds cartographiques du Laboratoire de Graphique de l’EHESS

 

 

 

 

  • Outils cartographiques pour la recherche et l’enseignement – Timothée Giraud et Nicolas Lambert (UMS 2414 RIATE, Université Paris Diderot)
  • Dans le cadre de sa mission « Méthodes et outils pour l’analyse territoriale » l’UMS RIATE structure une partie de ses activités autour de la mise en œuvre de méthodes d’analyses spatiales et du développement d’outils de cartographie. À ce titre, deux solutions de cartographie sont proposées actuellement et visent deux types de besoins de production différents : (1) L’application en ligne MAGRIT a été pensée comme un support à l’enseignement de la cartographie thématique. Son interface graphique est calquée sur le raisonnement suivi lors de la conception d’une carte. (2) Le package « cartography » est une extension du logiciel de statistique et de visualisation libre R. Dans une démarche de recherche reproductible, le package répond au besoin d’intégrer la cartographie dans des chaînes de traitement complètes, comprenant notamment l’acquisition de données ou la statistique.
  • DH2018 - 6 RIATE MAGRIT
  •  
  • Cartographie thématique avec MAGRIT

 

août 2019 :

Rien pour ce mois

juillet 2019 | septembre 2019

haut de page