Accueil > Recherche > Publications > Publications 2015 > The Walls Don’t Speak / Les murs ne parlent pas

Dernière modification : 27 avril 2017

The Walls Don’t Speak / Les murs ne parlent pas

Jean-Robert Dantou et Florence Weber


Samedi 29 avril 2017- 18h
Le Point du Jour

Rencontre avec Jean-Robert Dantou et Florence Weber

« La photographie armée par les sciences sociales »


The Walls Don't Speak / Les murs ne parlent pas
Crédits : Jean-Robert Dantou, Kehrer Design Heidelberg

The trilogy The Walls Don’t Speak (Les murs ne parlent pas) is the result of a three-year dialog between the photographer Jean-Robert Dantou, and an interdisciplinary Social Sciences team coordinated by the anthropologist, Florence Weber. The photographer set up his studio in various institutions (psychiatric nursing homes, private clinics, psychiatric hospitals) as well as beyond their walls, working directly with patients, friends, family and caregivers on images which mean something to them. In the first section, the authors put into perspective representations of madness in the history of photography, and propose a series of objects and texts presented as windows into the daily lives of those described as mad. In the second section, they reflect on the boundaries of madness through a series of portraits in which patients and caregivers of a psychiatric nursing home are portrayed without distinction. The third section is an essay combining photography and writing to question the limits of what can be photographed inside a closed psychiatric unit.

 

La trilogie The Walls Don’t Speak (Les murs ne parlent pas) est le résultat d’un dialogue de trois ans entre le photographe Jean-Robert Dantou et une équipe pluridisciplinaire en Sciences Sociales dirigée par l’anthropologue Florence Weber. Le photographe installe son studio dans diverses institutions (foyers de postcure psychiatrique, cliniques privées, hôpitaux psychiatriques) ainsi qu’au-delà de leurs murs ; travaillant directement avec les patients, leurs amis, leur famille et les soignants, sur des images significatives à leurs yeux. Dans la première partie, les auteurs mettent en perspective les représentations de la folie dans l’histoire de la photographie et proposent une série d’objets et textes présentés comme des fenêtres sur le quotidien de ceux qui sont décrits comme fous. Dans la deuxième partie, ils réfléchissent sur les frontières de la folie au travers d’une série de portraits où patients et soignants d’un foyer de postcure psychiatrique sont photographiés sans distinction. La troisième partie est un essai combinant photographie et écriture questionnant les limites de ce qui peut être photographié à l’intérieur d’une unité psychiatrique fermée.


Prix

  • Prix du Meilleur Livre de Photographie de l’Année du Festival PhotoEspana 2016, catégorie Internationale

 

 

J.-R. Dantou et F. Weber. The Walls Don’t Speak. Heidelberg : Kehrer Verlag, 2015, 344 p. ISBN 978-3-86828-650-2

haut de page