Accueil > Recherche > Publications > Publications 2012-2013 > Portraits de l’exil Paris-New York (1933 - 1942)

Dernière modification : 23 janvier 2017

Portraits de l’exil
Paris-New York (1933 - 1942)

Fred Stein

Dans le sillage d’Hannah Arendt

Portraits de l'exil, Paris-New York. Dans le sillage d'Hannah Arendt
Crédits : Arcadia Éditions

Livre-catalogue paru aux éditions Arcadia à l’occasion de l’exposition organisée au musée du Montparnasse du 3 au 26 novembre 2011, en partenariat avec le labex TransferS.

À l’occasion de la toute première exposition des photographies de Fred Stein dans un musée français, est né ce livre qui présente les portraits d’une centaine d’intellectuels, artistes, scientifiques, hommes politiques ayant vécu un double exil entre 1933 et 1942. Contraints à l’exode, ils ont fui l’Allemagne nazie, puis l’Europe en guerre.

Des clichés réalisés par un homme, lui-même victime et témoin de ces exils forcés, qui découvre la photo à Paris. Ou plutôt que la photo a choisi. Ayant reçu comme cadeau de mariage un Leica en 1933, il s’est mis à arpenter tous les quartiers de Paris pour devenir un photographe des rues. « Le Leica m’a enseigné la photographie » disait-il.

Cet ami de Robert Capa, Gerda Taro, Philippe Halsman, etc., a exposé aux côtés des plus grands photographes d’avant-garde - Brassaï, Cartier-Bresson, Man Ray, Lee Miller, Kertesz - dans la célèbre Galerie de la Pléiade en 1935-1937.
Fred Stein fréquentait les milieux des réfugiés mais aussi de l’intelligentsia française qui combattaient pour la dignité humaine, la liberté de pensée et de l’art. Ses premiers portraits sont ceux de Hannah Arendt, Willy Brandt, Arthur Koestler, André Malraux... Il en réalisera ensuite quelques milliers à Paris et à New York. Quasiment inédits en France.

C’est non seulement un magnifique témoignage de la vie intellectuelle pendant les années sombres de l’avant-guerre à Paris mais aussi de la migration des grands esprits et créateurs vers l’Amérique. De la force de l’histoire et de la résistance humaine.

Enfin découvre-t-on la vie étonnante, mais ignorée, d’un photographe aussi érudit qu’humaniste. Et les secrets de son métier. Stein portait un réel intérêt aux personnes et aux personnalités rencontrées. Aussi curieux d’engager de longues discussions avec elles que de les saisir, avec son appareil, dans l’instant, la seconde, où ses modèles se détendent et, oubliant l’objectif, se révèlent. D’où ces clichés d’un grand naturel et d’une qualité remarquable.
 
Le choix des portraits répond aux événements éditoriaux. Ils se concentrent sur la personnalité d’Hannah Arendt, dont une vingtaine de portraits inédits ont été découverts dans le fonds Stein. Viennent ensuite ses amis et connaissances, puis les personnes citées dans ses Écrits juifs. Enfin une sélection plus large de personnalités photographiées à Paris ou à New York.

 

 

[Exposition. Paris, Musée du Montparnasse. 2011]. Portraits de l’exil, Paris-New York : dans le sillage d’Hannah Arendt. Photographies de F. Stein ; textes de A. Egger. Paris : Musée du Montparnasse ; Arcadia, 2011, 188 p. ISBN 979-10-90167-05-6 (Musée du Montparnasse) ; ISBN 978-2-913019-80-5 (Arcadia)

 

mars 2017 :

février 2017 | avril 2017

haut de page