Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2018-2019 > Elena VOGMAN

Dernière modification : 28 mai 2018

Elena VOGMAN

Freie Universität, Berlin (Allemagne)
Invitée de THALIM – novembre 2018

En novembre 2018, le labex TransferS et Ada Ackerman (THALIM) accueillent Elena VOGMAN, chercheuse à l’Institut de littérature comparée Peter Szondi de la Freie Universität, Berlin.

 

Métamorphoses des valeurs : le Capital de Sergueï Eisenstein

On se propose d’examiner les enjeux anthropologiques, esthétiques, politiques et morphologiques du projet inachevé de Sergueï Eisenstein consistant à tourner un film à partir du Capital de Karl Marx. Le cinéaste aspirait en effet à se servir de l’opus de Marx comme d’un “scénario” pour son projet de film. Ce dernier aurait dû lui permettre de révolutionner le cinéma par l’emploi de méthodes inédites (“faits divers”, “images dialectiques”, “monologue intérieur”), inspirées par l’Ulysse de Joyce.

Le cycle de conférences se donne pour objectif de présenter, de lire et d’analyser un ensemble conséquent d’archives inédites du projet eisensteinien, documents qui n’ont jusque là jamais été pris en compte. Ce corpus se constitue de plus de cinq cent unités : coupures de presse, négatifs de film, dessins, citations d’œuvres philosophiques, littéraires et anthropologiques, de carnets de recherche inédits, de journaux personnels. La théorie de la valeur de Marx, ainsi que les concepts de matérialisme et de fétichisme de la marchandise y sont mobilisés, éprouvés et ébranlés dans un geste de relance par le biais d’une économie visuelle et textuelle qui repose sur le principe dynamique du montage, concept et pratique déterminants dans la poétique et l’esthétique d’Eisenstein.

Les métamorphoses des valeurs déployées par Eisenstein seront analysées tant dans les élaborations théoriques du cinéaste que dans sa pratique du montage : notamment, la valeur en tant qu’effet dynamique résultant d’une mise en relation entre plusieurs entités trouvera chez Eisenstein un équivalent dans le processus du montage qui opère, lui aussi par agencements. On s’appuiera à cet égard sur plusieurs réflexions et notions théoriques susceptibles d’éclairer le geste théorique et artistique d’Eisenstein auxquels on les confrontera : les théories formalistes russes (Maïakovski, Brik, Chklovski...), le concept goethéen de “morphologie”, le concept marxien de “métamorphose”, la notion benjaminienne de “valeur d’exposition”. En outre, à l’aide du discours de l’anthropologie française sur la valeur et la matérialité (“le matérialisme” tel qu’il a été déployé dans les approches philosophiques et anthropologiques d’Émile Durkheim, Marcel Mauss, Georges Bataille, Roger Caillois, Georges-Henri Rivière, Michel Leiris et autres) , on fera ressortir la dimension et les enjeux anthropologiques du Capital d’Eisenstein.

haut de page