Accueil > Recherche > Post-Doctorants > Caterina ZANFI

Dernière modification : 7 février 2017

Caterina ZANFI

République des Savoirs

Février à octobre 2013
Programme Fernand Braudel IFER - incoming

Septembre 2014 à août 2015
Programme Research in Paris - Mairie de Paris

 

Bergson et la philosophie allemande

Les relations de Bergson avec la philosophie allemande, notamment en ce qui concerne les sources biologiques et sociologiques, et j’ai élargi mon domaine d’étude en explorant deux directions : la première est celle de l’histoire intellectuelle européenne des années 1910, entre la veille de la Grande Guerre et son violent déploiement. A ce thème, et surtout à la phase qui précéde 1914, a été consacré le colloque international patronné par l’Unesco qui a eu lieu en octobre 2012 à Paris et à Bologne et que j’ai coordonné avec un comité scientifique franco-italien composé par M. Manlio Iofrida, M. Walter Tega etM. Frédéric Worms. Aux interdépendances des cultures philosophiques et scientifiques européennes durant la Première Guerre mondiale seront consacrés en 2014 d’autres manifestations que j’organise dans le cadre du Cirphles et du Labex TransferS, auxquels je suis actuellement affiliée.

Mon deuxième axe de recherche fait s’entrelacer le thème de la guerre à celui de la philosophie de la vie, pour mettre ce dernier concept à l’épreuve des instrumentalisations auxquelles il se prêta très fréquemment déjà en 1914, et dont les traces sont restées bien longtemps dans la culture du « court vingtième siècle ».

 

Les échanges intellectuels entre France et Italie dans les années de la Grande Guerre

Le projet sur les échanges intellectuels entre France et Italie dans les années de la Grande Guerre s’insère dans les commémorations du Centenaire de la guerre de 1914-1918. Il veut contribuer, d’une part à reconstituer l’histoire des intersections et des transferts philosophiques européens et notamment franco-italiens durant la guerre, et d’autre part à réfléchir sur les thèmes de l’identité philosophique européenne et sur les thèmes de la paix et de la guerre à partir des héritages transmis par les auteurs les plus éminents du début du siècle. Les principaux objectifs de mon programme de recherche sont les suivants :

  • L’organisation d’un séminaire doctoral international et transdisciplinaire triennal (2014-2016) sur les relations intellectuelles et culturelles entre France et Italie dans les années de la Grande Guerre. Le projet - conçu par l’Institut Français de Florence en partenariat avec la République des Savoirs USR 3608 ENS/Collège de France/CNRS, le Dipartimento di Storia, Cultura e Civiltà de l’Université de Bologne, le Dipartimento di Storia, Archeologia, Geografia, Arte e Spettacolo (Sagas) de l’Université de Florence, l’École française de Rome, le Cabinet S.L. Vieusseux de Florence et la Fondazione Primo Conti - réunit historiens, philosophes, historiens de l’art et spécialistes en Lettres francophones et italophones de niveau Master, doctorat et post-doctorat. La première séance du séminaire a eu lieu à Bologne le 30 mai 2014 et a été focalisé sur la période de neutralité italienne et la première phase du conflit. Avec la même méthode transnationale et interdisciplinaire qui a caractérisé la première étape bolognaise, une deuxième rencontre qui aura lieu à l’Institut français de Florence le 27 mars 2015 examinera la guerre et ses effets sur les relations culturelles et intellectuelles franco-italiennes, suivant un arc temporel qui à partir de l’éclatement du conflit se prolongera sur une décennie jusqu’à la moitié des années vingt. Une séance conclusive, que nous envisageons organiser à Paris en 2016, conduira à la publication de sources inédites, de bibliographies et d’essais sur les relations entre France et Italie, en valorisant notamment documents et matériaux conservés dans les archives de l’IFF, du Cabinet Vieusseux et d’autres institutions et organisations. Le séminaire a obtenu les patronages de la « Mission du Centenaire 14-18 » et du « Centenario della Prima guerra mondiale ».

  • Une recherche ponctuelle s’inscrivant dans la vaste thématique du séminaire sera consacrée à la présence du bergsonisme dans la culture italienne en 1914, notamment à partir d’un travail sur les milieux littéraires – concernant les futuristes, Papini, Prezzolini et les littéraires liés à leurs revues florentines – ainsi que les milieux politiques. Bergson y est connu surtout par la médiation de Georges Sorel, dont le poids politique est majeur dans l’Italie de la première moitié du XXème siècle et dont la pensée produira des effets très divers et d’une valeur historique profonde. 

mars 2017 :

février 2017 | avril 2017

haut de page