Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2018-2019 > Carlos SAUTCHUK

Dernière modification : 4 juin 2019

Carlos SAUTCHUK

Université de Brasilia (Brésil)
Invité du LAS – juin 2019

JPEG - 6.9 Mo

 

En juin 2019, le labex TransferS et Perig Pitrou (LAS) accueillent le professeur Carlos SAUTCHUK, du département d’anthropologie de l’Université de Brasilia.

 

 

 

Programme :

 

5 juin 2019, 16h30-18h30, EHESSsalle AS1_08, 54 bd Raspail, Paris 5e. Présentation organisée en partenariat avec la revue Techniques&Culture

 

Rapports entre transformations : usages de la technique dans l’anthropologie contemporaine

Cette présentation propose de réfléchir sur les principaux axes problématiques autour desquels la question de la technique et des transferts techniques a été abordée par l’anthropologie, dans un champ qui s’est considérablement diversifié à partir des années 1980. La technique est appréhendée dans ses relations avec l’idée de transformation, à partir de trois perspectives qu’on pourrait appeler sociohistorique, culturelle/ontologique et opératoire/pragmatique. En s’appuyant sur les résultats obtenus par des enquêtes ethnographiques sur la technique dans les sociétés non-occidentales, on montrera comment aborder le fait technique dans sa complexité, sans se limiter à l’étude des technologies contemporaines.

 

13 juin 2019, 13h30-17h30, ENS, Espace Lettres 1&2, 45 rue d’Ulm, Paris 5e. Séminaire organisé dans le cadre d’une séance spéciale du séminaire « Anthropologie de la vie » (EHESS) consacrée à « La mise à mort comme technique du vivant en Mésoamérique et en Amazonie ».

 

Les paradoxes de la mise à mort : proies bienveillantes et choix techniques dans l’estuaire de l’Amazone

 

Cette présentation s’intéresse aux techniques de capture du plus gros poisson à écailles d’Amazonie, le pirarucu, afin d’étudier comment, selon les conceptions locales, cet animal est censé « se rendre » à celui qui le harponne. On étudiera cette manière de penser la mise à mort à partir de la thématique, classique dans l’ethnographie des sociétés de chasseurs, de la proie bienveillante. En mettant au jour les rapports entre le processus de prédation et le processus de construction de la personne des harponneurs, on montrera pour quelle raison les pêcheurs de cette zone n’utilisent pas un transfert technologique pourtant disponible – le filet de pêche – pour capturer les poissons.

 

 

14 juin 2019, 10h-12h, EPHE, salle 09, 1er sous sol, 54 bd Raspail, Paris 6e. Séminaire organisé dans le cadre du séminaire d’Anthropologie Américaniste

 

Entre la queue du poisson et la pression du patron : technique et personne chez les caboclos d’Amazonie

Dans un petit village de l’estuaire de l’Amazone le terme caboclo désigne les pêcheurs. Il indique un mode d’existence passée entre l’activité de pêche et le système commercial de l’aviamento – entre le poisson et le patron. Après réexamen de quelques propositions sur les caboclos, on verra la nécessité de penser la construction de la personne à partir des pratiques techniques associées à la pêche. En effet, le sens même de cette notion diverge pour les deux types de pêcheurs (lacustres et marins) qui habitent ce village, avec chacun des systèmes techniques et symboliques spécifiques. Sur le lac, l’efficacité de la pêche dépend de la « pratique » du pêcheur lacustre (laguista), c’est-à-dire de son adresse au harpon qui implique une bonne connaissance du comportement du poisson pirarucu (Arapaima gigas), et plus largement d’une capacité à établir des rapports intersubjectifs avec certains animaux et des êtres surnaturels. En mer, c’est en revanche la « disposition » du pêcheur (pescador) qui se révèle centrale pour une pénible adaptation corporelle au système de travail sur le bateau, où il est mis en rapport avec les instruments de pêche et de navigation, le moteur et le flux de la marée. Dans les deux cas, le terme caboclo est porteur d’une tension entre la pêche et l’aviamento, mais de façon différente : sur le lac, il est lié à la valeur de la prédation et en mer, du travail.

 


  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

    5 juin 2019 - 16h30-18h30
    EHESS, 54 bd Raspail, 75006
    salle AS1_08
    13 juin 2019 - 13h30-17h30
    ENS, 45 rue d’Ulm, 75005
    Espace Lettres 1&2 (2e étage, couloir BC)
    14 juin 2019 - 10h-12h
    EPHE, 54 bd Raspail, 75006
    salle 09 (sous-sol)


haut de page