Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2014-2015 > Maria Letizia CALDELLI

Dernière modification : 7 décembre 2016

Maria Letizia CALDELLI

Università degli Studi di Roma La Sapienza (Italie)
Invitée de l’AOrOc – mars et avril 2015

JPEG - 94.4 ko

Le labex TransferS et l’AOrOc invitent, du 1er mars au 30 avril 2015, le Professeur Maria Letizia CALDELLI - Professeur d’Épigraphie latine, Università degli Studi di Roma La Sapienza.

 

 

 

Conférences dans le cadre de l’atelier épigraphique

École normale supérieure, les mercredis de 17h à 19h, salle F

 

Mercredi 11 mars
Le fonctionnement du port d’Ostie
(en collaboration avec le séminaire « Archéologie et sociétés de l’Italie antique et médiévale »)

Pr. Maria Letizia CALDELLI
Crédits : ENS / AOrOc

La documentation épigraphique est essentielle pour comprendre les mécanismes qui ont permis au port d’Ostie de fonctionner. De récentes et importantes découvertes sont l’occasion d’une nouvelle mise au point qui s’intéressera notamment aux fonctionnaires impériaux, à la familia Caesaris et à l’armée, dont rôle était capital dans le bon fonctionnement du port.

 

 

Vendredi 20 mars
Les fasti des prêtres de Vulcain à Ostie
(à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, 2 rue Vivienne, salle 13, de 9 à 11h)

 

Pr. Maria Letizia CALDELLI
Crédits : ENS / AOrOc

Si Vulcain est bien connu comme dieu principal d’Ostie, les fragments des fasti de ses prêtres mineurs, aediles et praetores, ont été beaucoup moins étudiés. Complétés par de nombreuses autres inscriptions, ils permettent de reconstruire le tissu social qui les a produits. L’époque de Commode semble être un tournant dans le recrutement, marqué par une plus grande ingérence de Rome dans un culte qui, à ses niveaux les plus élevés, avait le contrôle de tous les lieux sacrés de la colonie.

 

Mercredi 25 mars
Forgeries and fakes : inscriptions fausses et copies d’inscriptions

 

Pr. Maria Letizia CALDELLI
Crédits : ENS / AOrOc

Une série de nouvelles études sur le monde du cirque remet en question deux inscriptions urbaines, publiées comme authentiques par Mommsen, reléguées parmi les faux par ses élèves et récemment réhabilitées. L’histoire complexe de ces documents montre qu’ils sont le produit de l’activité de faussaire de Pirro Ligorio. Mieux, une troisième inscription, généralement considérée comme la source d’inspiration des deux autres, pourrait être elle-même un faux, peut-être attribuable également à Ligorio, qui, selon un usage fréquent, se serait aidé de sources littéraires. Si, comme on le propose, les trois inscriptions ne sont pas antiques, les conséquences historiques sont capitales, puisqu’elles ne pourront plus être utilisées pour l’étude de la réorganisation des ludi circenses au début du principat.

 

Mercredi 8 avril
« Dynasties » de copies : le cas d’une collection de Pérouse

Pr. Maria Letizia CALDELLI
Crédits : ENS / AOrOc

Play Au monastère Saint-Pierre de Pérouse, dans les deux dernières décennies du XVIIIe siècle, le bénédictin don Francesco Maria Galassi (1717-1792) avait réuni une collection d’antiquités dont les inscriptions formaient une part importante. Un examen attentif montre que cinq d’entre elles ne sont pas antiques, mais sont des copies d’inscriptions urbaines ayant chacune sa propre histoire. On essaiera de comprendre où, quand et comment ces copies ont été produites et par quelle voie elles sont arrivées à Pérouse : donation, transfert d’une collection précédente, achat sur le marché des antiquités, où vrai et faux se mêlent jusqu’à la confusion dans un véritable trafic entre les congrégations religieuses.

juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017

haut de page