Accueil > Recherche > Publications > Publications 2015 > La surprise À l’épreuve des langues

Dernière modification : 20 janvier 2017

La surprise
À l’épreuve des langues

Natalie Depraz et Claudia Serban (dir.)

La surprise. À l'épreuve des langues
Crédits : Éditions Hermann

Parole coupée, bouche bée, yeux grands ouverts, sourcils levés... Plutôt que langagière, l’expression de la surprise serait d’abord le fait du corps. On se propose dans cet ouvrage d’interroger de manière critique, voire de contrebalancer cette tendance habituelle à ranger l’expérience de la surprise du côté du silence et de l’indicible : au lieu de faire signe vers les éventuelles limites du langage et des différentes langues naturelles, la surprise ne fait-elle pas plutôt ressortir la richesse des ressources du langage et la plasticité du fonctionnement des langues ?

Comment se dit donc la surprise ? Dans quelle mesure son expression varie-t-elle d’une langue à l’autre ? Le dire de la surprise est-il en lui-même un agir, à son tour producteur d’effets ? Ces interrogations nous ont invités à réfléchir tant au lexique de la surprise qu’aux formes d’expression au moyen desquelles la surprise peut être non seulement exprimée, mais aussi décrite, racontée, ou bien encore rationalisée, dans la langue courante, dans la logique comme dans la littérature.

 

Professeur de philosophie contemporaine (philosophie allemande et phénoménologie) à l’université de Rouen, Natalie Depraz est membre universitaire des Archives Husserl (ENS) en délégation CNRS.

Agrégée et docteur en philosophie, Claudia Serban est pensionnaire de la Fondation Thiers (CNRS – Archives Husserl) et chargée de cours à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV).

 

N. Depraz et C. Serban (dir.). La surprise : à l’épreuve des langues. Paris : Hermann, 2015, 246 p. ISBN 978-2-7056-90311

haut de page