Accueil > Recherche > Publications > Publications 2014 > L’exil dans l’exil Les langues de l’ailleurs, l’ailleurs des langues

Dernière modification : 23 janvier 2017

L’exil dans l’exil
Les langues de l’ailleurs, l’ailleurs des langues

Sylvie Courtine-Denamy

L'exil dans l'exil. Les langues de l'ailleurs, l'ailleurs des langues
Crédits : Éditions Hermann

« Sans langue maternelle l’homme est infirme », écrit le grand romancier israélien Aharon Appelfeld. Chassés d’Allemagne par le nazisme et condamnés à l’exil, un grand nombre de philosophes, d’écrivains et de poètes juifs furent du même coup expulsés de leur langue, l’allemand. Comment ces représentants d’un peuple sans terre pour lequel, le mot, à défaut du Livre en cette époque sécularisée, est désormais peut-être la seule patrie relevèrent-ils le défi de ce double exil ?

Le 14 mai 1948 une nouvelle nation, Israël, vit le jour. Une langue, un peuple ! proclama David ben Gourion, et nombreux sont ceux qui, comme E. Levinas, saluèrent le retour de l’hébreu d’un long exil. Un hébreu réinventé, sécularisé, qui imposa sa suprématie sur les autres langues juives interdites de séjour (le yiddish, le djudezmo) et englouties par la Shoah.

Pourtant, aucun de nos écrivains n’opta pour le nouvel État. Peu d’entre eux ayant fait l’effort d’apprendre cette langue, ils choisirent ainsi de demeurer en diaspora. Notre essai se focalise sur ces deux langues privilégiées : l’allemand et l’hébreu.

 

Sylvie Courtine-Denamy, Philosophe et traductrice est actuellement chercheuse associée au Cevipof./ Sciences Po et à l’ITEM.

 

 

S. Courtine-Denamy. L’exil dans l’exil : les langues de l’ailleurs, l’ailleurs des langues. Paris : Hermann, 2014, 248 p. ISBN 978‑2‑7056‑8824‑0

 

haut de page